Le contexte par Union Sociale pour l'Habitat de Haute-Normandie - 19/10/2017 - 14:50:24
Vous êtes ici : Accueil / Le logement social en Haute Normandie / Le contexte
+A | A-

Le contexte

Le défi du développement durable

Produire des logements à haute performance énergétique


En France, les performances thermiques et énergétiques des logements sociaux sont bien meilleures que la moyenne des logements, avec une consommation énergétique inférieure de près de 30%. En Haute Normandie, 86% des logements sociaux produits depuis 2006 sont à haute performance énergétique, et 11% des opérations pilotes qui visent le label BBC. Mais les techniques sont en constante évolution et la réflexion autour de leur utilisation aussi.

Remettre à niveau le parc existant avec des réhabilitations thermiques


Maîtriser les charges liées à l’énergie constitue un véritable enjeu sur le plan de l’équité sociale. Ceci passe par l’identification des logements les plus consommateurs en énergie (ce sont les logements situés en étiquettes E, F, G voire D) et la définition des procédés techniques appropriés pour y parvenir. Aujourd’hui, en Haute Normandie, le parc locatif social le plus consommateur est estimé à 25 000 logements. L’objectif est de les réhabiliter pour les ramener dans la catégorie C. Le recensement du parc énergivore réalisé par l’USH Haute-Normandie permet d’estimer la réalité des besoins: 55.000 logements classés E, F, G sont à réhabiliter d’ici 2020, ce qui représente un coût approximatif de 1 milliard d’€uros.

Quelles suites donner à la rénovation urbaine?

La mission du mouvement HLM est de proposer un logement de qualité à tous ceux qui peinent à se loger dans les conditions du marché. Et aujourd’hui, le public du logement social s’étend des plus démunis jusqu’à une partie des classes moyennes.

Faciliter l’accès aux plus démunis


Le mouvement HLM avait défini sa position sur l’accueil des personnes les plus fragiles bien avant la publication de la loi DALO. Aujourd’hui, le bilan du DALO en Haute-Normandie traduit l’engagement des organismes en la matière et témoigne du travail effectué en amont, par les bailleurs et leurs partenaires locaux, pour répondre aux besoins les plus urgents et aux engagements définis dans les accords collectifs départementaux.

En 2010, les bailleurs sociaux haut-normands ont effectué 2.917 attributions relevant des engagements contractuels avec l’Etat et les départements, pour un objectif signé de 1.915 ménages.

Stabiliser l’occupation du parc


D’année en année le parc social Haut-Normand se paupérise. Aujourd’hui 75% des attributions des organismes de la région sont effectuées au profit des ménages les moins favorisés de la population, et seulement 4% concernent des ménages ayant des ressources supérieures aux plafonds et susceptibles de payer un surloyer. Cette catégorie est en forte diminution ; pour mémoire en 2006, ce chiffre était de 7%. Pour s’assurer de l’équilibre social des quartiers, il est indispensable que toutes ces catégories restent représentées. C’est ce à quoi œuvrent les organismes dans le respect de la réglementation.

Retrouver une fluidité dans le parc


Les organismes hlm proposent une diversité de produits, allant du logement social aux logements intermédiaires et aux produits d’accession. Ils s’organisent aussi pour répondre aux attentes de leurs locataires et proposent des logements plus adaptés à leurs besoins. Le parcours résidentiel est au cœur de toues les réflexions.

Enfin, pour répondre aux exigences de transparence sur la demande et les attributions, les organismes de Haute-Normandie s’interrogent sur la mise en place d’un fichier commun de la demande, encouragés en cela par le mouvement professionnel et la réforme de la demande mise en place par l’Etat.

ImprimerHaut de la page