5 millions qui valent des milliards par Union Sociale pour l'Habitat de Haute-Normandie - 20/01/2018 - 08:16:41
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Actualités / 5 millions qui valent des milliards
+A | A-

5 millions qui valent des milliards

Catégorie : Actualités

L'édition rouennaise du Paris-Normandie a consacré le 10 octobre une page entière à la baisse des APL dans le parc social. "5 millions qui valent des milliards" était le titre. 
Les échanges ayant eu lieu au sein du conseil municipal de Rouen ont été repris dans l'article car comme indiqué par le journal, la question des effets de la baisse de l'aide personnalisée au logement (APL) mérite d'être posée à Rouen habitat qui gère à lui seul la moitié du parc social de la ville de Rouen. 

L'article est complété par un entretien à Patrick Plossard, président de l'USH de Haute-Normandie

Quel impact peut avoir la baisse des APL sur les offices HLM de Normandie ?
Patrick Plossard : Le gouvernement a conseillé aux organismes d’HLM comme aux bailleurs privés de compenser cette baisse en diminuant les loyers de leurs locataires, mais ce n’est absolument pas une obligation. Cette mesure impactera donc nos locataires mais, elle n’aura, en tout cas à court terme, pas de conséquences pour nous.
Et la baisse prévue en 2018 ?
Il y a en effet dans le projet de loi de finances pour l’année 2018, public le 27 septembre, une baisse de l’APL de 49 € et plus en fonction de la composition familiale, cette dernière devra être compensée par les bailleurs sociaux par un système de sous-loyers. Les sous-loyers appliqués iront de 50 à 69 € selon la situation du ou des locataires, avec un complément de 10 € par personne à charge supplémentaire.
Si cette loi est votée, quelles seront les conséquences pour les bailleurs et pour les locataires ?
Cela représentera une perte d’environ 105 M€ pour les bailleurs sociaux de Normandie. Nous devrons équilibrer nos comptes pour assurer notre pérennité. Cela entraînera une quasi mise à l’arrêt de la construction de nouveaux logements, de l’entretien et de la réhabilitation des logements existants. On ne pourra plus traiter les « passoires thermiques », pointées du doigt par le gouvernement. Pour ce qui est des projets en cours, nous devrons rendre des arbitrages qui seront forcément douloureux. Tout cela aura un impact direct sur nos locataires en termes de qualité de vie.
Envisagez-vous des conséquences sur l’emploi ?
Selon nos simulations, la mesure pourrait entraîner la suppression de 12 000 à 14 000 emplois en Normandie. Pour ce qui est des salariés des offices d’HLM, ils devront être redéployés.
Que dites-vous alors à l’État ?
Nous souhaiterions qu’il entende les propositions du mouvement HLM pour répondre aux besoins de baisse de la dette publique. Le mouvement HLM étant parfaitement conscient de la nécessité de s’adapter aux contraintes d’évolution de son modèle économique.
 


Pour plus de précisions:
- l'article du Paris-Normandie

ImprimerHaut de la page